MENU
  • Préservatifs et Femidom

Le condom et le Femidom® protègent en toute fiabilité contre le VIH et offrent une bonne protection contre d’autres infections sexuellement transmissibles. Si les préservatifs se déchirent ou qu’ils glissent parce qu’ils sont trop grands ou trop petits ou qu’ils n’ont pas été utilisés correctement, ils n’offrent plus aucune protection.

Il existe sur le marché une multitude de préservatifs de différentes tailles et textures afin de répondre aux besoins de chacun-es

Comment utiliser un condom?

  • Ouvrir l’emballage prudemment à l’endroit de l’encoche.
  • Extraire le condom, attention aux ongles pointus qui pourraient l’abîmer.
  • Tenir le réservoir entre le pouce et l’index et serrer légèrement pour extraire tout l’air du réservoir.
  • Enfiler le condom, extrémité enroulée vers l’extérieur.
  • Le dérouler sur toute la longueur du pénis.
  • Après éjaculation, retirer le pénis encore en érection, en tenant fermement le préservatif afin d’éviter l’écoulement du sperme.
  • Jeter le condom usagé à la poubelle.

Un préservatif protège-t-il vraiment suffisamment contre une infection?

Tant qu’il ne glisse ni ne se déchire, un préservatif offre une excellente protection contre l’infection à  VIH en cas de pénétration. Les antennes de l’Aide Suisse contre le Sida recommandent les produits de marque portant le label « ok » ou CE. Lorsque vous utilisez un préservatif, veillez à respecter les points suivants:

  • taille adéquate (différentes tailles disponibles!).
  • stockage conforme aux recommandations, date de péremption.
  • ouvrir l’enveloppe avec précaution (vérifier que l’emballage n’est pas percé).
  • bien dérouler le préservatif sur le sexe en érection en pinçant le petit réservoir permettant de faire le vide d’air pour accueillir le sperme après l’éjaculation. Cela diminue grandement les risques de rupture.
  • n’utiliser que des crèmes lubrifiantes hydrosolubles ou à base de silicone; en aucun cas des substances grasses telles que la vaseline, les lotions corporelles, le beurre, des huiles, etc.
  • bien tenir le préservatif contre le pénis lors du retrait.

Quelle est ma taille de préservatif?

Il est important d’utiliser la bonne taille de capote, sans quoi le risque qu’il se déchire ou qu’il glisse s’accroît. Renseignements pratiques sur  www.mysize.ch.

Ai-je besoin de lubrifiant si j’utilise un préservatif?

La plupart des préservatifs ont déjà été enduits d’un lubrifiant. Dans certains cas, il est néanmoins conseillé d’utiliser un lubrifiant, par exemple si le vagin de la femme est trop sec ou si l’on pratique le sexe anal. Suivre les indications liées aux lubrifiants!

Puis-je utiliser de l’huile ou une crème au lieu de lubrifiant?

Non. En aucun cas! Les lubrifiants doivent être solubles à l’eau ou à base de silicone. Les huiles, lotions corporelles ou autres crèmes endommagent le préservatif et le rendent perméable. N’utiliser que les lubrifiants en vente dans le commerce.

Je suis allergique au latex, puis-je malgré tout utiliser des préservatifs?

Oui. Il existe des préservatifs en polyuréthane. Ils protègent aussi bien que ceux  en latex contre le VIH et offrent une bonne protection contre d’autres infections sexuellement transmissibles.

Les dents ou des ongles pointus peuvent-ils endommager un préservatif?

Oui. On peut abîmer un préservatif sans même le remarquer. Il faut donc être très prudent si l’on ouvre l’emballage avec les dents ou avec des longs ongles.

Un Femidom offre-t-il une protection aussi sûre qu’un préservatif?

Oui. Utilisé correctement, le Femidom, préservatif féminin, protège contre une grossesse non désirée, le VIH et offre une bonne protection contre les infections sexuellement transmissibles.

Je suis allergique au latex, puis-je malgré tout utiliser Femidom?

Oui. Le Femidom est en nitrile, un matériau fin très résistant et bon conducteur de chaleur.

Le Femidom est-il facile d’usage?

Comme pour le condom, il faut un peu de pratique pour parvenir à mettre bien en place un Femidom. Il est important de prendre son temps, de lire la notice d’emballage et de l’essayer avant un premier rapport avec Femidom.

Faut-il utiliser un lubrifiant avec un Femidom?

Oui. Il faut enduire le Femidom d’un lubrifiant à l’intérieur et à l’extérieur avant chaque emploi. Comme le Femidom est en nitrile, contrairement au préservatif, l’usage de n’importe quel type de lubrifiant tel que de l’huile ou une lotion corporelle est approprié.

Combien de temps peut-on conserver des Femidoms?

Les Femidoms se conservent environ cinq ans. Ils ne sont sensibles ni à l’humidité ni à la chaleur.

Peut-on utiliser simultanément un Femidom et un préservatif?

Non. Le frottement pourrait endommager les deux produits.

Quand je dois mettre un préservatif, rien ne va plus chez moi. Que faire?

Peut-être comptez-vous parmi ces hommes qui ressentent le préservatif comme dérangeant ou inhibiteur du plaisir. Ou bien vous avez peur de ne pas avoir d’érection. Quoiqu’il en soit, seuls les préservatifs offrent une protection efficace contre une infection à VIH et diminuent grandement les risques de contracter une autre infection sexuellement transmissible (gonorrhée, chlamydia, etc).

Découvrez le côté ludique du préservatif: vous pouvez vous exercer à l’utiliser avant, seul. La mise en place commune peut devenir un élément érotique des préliminaires.

Choisissez le préservatif qui convient, mais toujours certifié (CE). Si vous avez des difficultés à choisir un préservatif adapté, vous pouvez faire un check sur le site: www.mysize.ch

Les antennes de l’Aide Suisse contre le Sida recommandent les préservatifs portant le label « ok ». Veuillez consulter le mode d’emploi et la date de péremption.

Je veux que mon partenaire utilise le préservatif. Comment m’imposer?

Dites d’emblée à votre partenaire que vous n’aurez pas de rapport avec lui sans préservatif. N’attendez pas que l’excitation soit à son comble… Qui d’autre que vous-même assurera le mieux votre protection? Si votre partenaire refuse de mettre le préservatif, vous pouvez toujours dire NON. Pour imposer l’usage du préservatif, il faut du courage et de l’assurance.

Votre antenne régionale vous soutient et vous conseille volontiers.

Y a-t-il un risque résiduel lorsque des traces de sécrétions vaginales ou de sperme tachent l’extérieur de préservatif au contact des mains?

Aucune étude n’existe à ce sujet. Bien qu’on ne puisse alors pas prouver l’absence de risque il semble raisonnablement évident qu’il n’y a pas de risque de transmission dans cette situation.

Quiconque respecte les règles simples du safer sex n’a pas besoin de se faire des soucis sur d’autres possibilités théoriques de transmission.

Que signifie une rupture ou un glissement du préservatif pour le risque de transmission du VIH?

Lorsqu’un préservatif se rompt ou glisse pendant les rapports sexuels, il n’offre plus aucune protection. Le risque d’infection existe alors comme en l’absence de préservatif.

La rupture ou le glissement de préservatifs certifiés se doivent presque toujours à une utilisation non conforme. La plus grande précaution lors du choix, du stockage, de l’ouverture et de la mise en place est recommandée. Ne pas utiliser de substances lubrifiantes grasses (toujours utiliser du lubrifiant à base d’eau ou de silicone). Et bien tenir le préservatif contre le pénis lors du retrait.

  • PEP – Prophylaxie post exposition ou traitement d’urgence
  •  
    •  
      •  

Vous avez eu un rapport vaginal ou anal non protégé avec une personne séropositive qui ne suit pas de traitement VIH efficace? En cas d’urgence, une PEP (prophylaxie post-exposition VIH) s’impose. Il est impératif de demander conseil sans attendre.

Que faire après à une situation à risque VIH?

Comme tout dépend du risque encouru, il est important de  pouvoir l’évaluer avec un professionnel.

Appeler immédiatement, soit dans les 48 heures, le numéro d’urgence PEP le plus proche après une situation à risque élevé. Le numéro d’urgence PEP vous voyez ci-dessous:

Urgences de l’Hôpital neuchâtelois – Pourtalès
Rue de la Maladière 45
2000 Neuchâtel
032 713 33 70

Durant les ouvrables: consultation d’infectiologie 032 919 44 45 / médecin de la consultation 079 559 43 88

Urgences de l’Hôpital neuchâtelois – La Chaux-de-Fonds
Rue de Chasseral 20
2303 La Chaux-de-Fonds
032 967 21 11

Qu’est-ce qu’une PEP?

La PEP est un traitement préventif d’urgence à base de médicaments antirétroviraux qui permet de réduire le risque d’une éventuelle infection par le VIH en empêchant les virus de s’installer dans le corps. La PEP doit être débutée au plus tard 48 heures après la situation à risque. Plus on la commence tôt, plus elle est efficace. Les médicaments sont administrés sur une durée de quatre semaines. Une PEP ne remplace aucunement les règles de safer sex!

Dois-je payer moi-même une PEP?

Les coûts d’une PEP sont pris en charge par l’assurance maladie de base (LaMal).

Je suis à l’étranger, puis-je y suivre une PEP?

La PEP est aujourd’hui accessible dans de nombreux pays. Ne pas perdre une minute et s’adresser au médecin ou à l’hôpital le plus proche afin de trouver un lieu d’accès rapidement.

  • PrEP – Prophylaxie pré exposition

Une PrEP est une méthode parmi d’autres pour se protéger du VIH, au même titre que le préservatif ou la protection par le traitement (une personne séropositive bien traitée ne peut pas transmettre le virus VIH).

PrEP signifie prophylaxie pré-exposition. Il s’agit d’un médicament avec lequel une personne séronégative exposée à un risque accru de VIH peut se protéger d’une infection. La méthode est vérifiée scientifiquement et elle offre une protection contre le VIH aussi efficace qu’un préservatif si est appliquée correctement. Mais la PrEP ne protège que du VIH et pas des autres infections sexuellement transmissibles comme par exemple la gonorrhée, la chlamydia, la syphilis ou les hépatites..

Comment fonctionne la PrEP ?

Avec une PrEP, les principes actifs du médicament contre le VIH pénètrent dans les cellules des muqueuses qui entrent en contact avec des liquides corporels ou avec les muqueuses du ou de la partenaire dans le cas de rapports sans préservatif. Si le VIH entre alors dans ces cellules, il ne peut pas se multiplier, ce qui empêche l’infection. Mais pour assurer cet effet protecteur, les principes actifs doivent s’être accumulés suffisamment dans le sang et dans les muqueuses. Si l’on arrête le médicament, la protection disparaît.

Utilisation

Deux schémas d’utilisation sont envisageables à l’heure actuelle :

  • Dans le cas d’une PrEP en continu, la prise commence sept jours avant le premier rapport potentiellement à risque, puis le médicament est pris chaque jour sur une certaine durée. Cela peut correspondre à une période d’activité sexuelle intense, à des vacances ou il peut s’agir d’une prise tout au long de l’année. Lorsqu’il apparaît que la PrEP n’a plus de raison d’être, il faut continuer de prendre le médicament encore pendant sept jours avant de pouvoir l’arrêter.
  • Dans le cas d’une PrEP à la demande, on prend deux comprimés entre 24 heures et deux heures avant le premier rapport sexuel, puis un comprimé chaque jour à la même heure (+/- deux heures). Après le dernier rapport, on prend encore un comprimé par jour durant deux jours. La PrEP à la demande convient par exemple pour un week-end où l’on envisage des rapports sexuels.

Attention : la PrEP à la demande ne convient pas pour les femmes étant donné qu’il faut plus de temps pour qu’elle déploie tout son effet protecteur dans le tractus vaginal. Seule la PrEP en continu entre donc en ligne de compte pour elles. Il convient de faire contrôler l’effet protecteur par un médecin.

Un examen médical est nécessaire avant de commencer une PrEP. Lors de cet examen, on effectue un dépistage des infections sexuellement transmissibles, on contrôle les paramètres sanguins et rénaux et on définit le statut VIH, une vaccination contre l’hépatite B est obligatoire. Si tout est en ordre, la PrEP peut commencer. Par la suite, les paramètres sont contrôlés tous les trois mois. Le suivi médical permet de déceler d’éventuels effets secondaires.

 

 

Coûts et disponibilité

Les frais de médecin et d’analyses sont couverts par l’assurance de base de la caisse-maladie. Toutefois, les coûts des médicaments eux-mêmes ne sont pas pris en charge par l’assurance. Comme les comprimés sont relativement chers en Suisse, l’achat sur Internet ou en pharmacie dans un pays de l’UE (il est aussi possible de passer commander par l’intermédiaire d’une pharmacie suisse) constitue une alternative nettement meilleur marché. La commande de médicaments sur Internet est autorisée si l’on dispose d’une ordonnance médicale. Swissmedic autorise l’importation de médicaments par la poste ou dans ses bagages pour son propre usage, pour une durée d’un mois. Cela correspond à 30 comprimés.

Pour plus d’informations :

  • Adresses pour commander des médicaments pour la PrEP à l’étranger, voir  myprep.ch
  • Adresses de médecins et centres spécialisés pour la PrEP, voir  drgay.ch
  •  
    •  

·                Protection par le traitement

Les personnes séropositives sous traitement efficace dont la charge virale est indétectable ne peuvent pas transmettre le VIH par voie sexuelle. Un traitement antirétroviral efficace protège par conséquent contre la transmission du VIH.

Comment fonctionne la protection par les médicaments contre le VIH ?

Les médicaments contre le VIH empêchent le virus de proliférer dans l’organisme d’une personne séropositive. On ne peut plus détecter de VIH dans le sang après un certain temps sous traitement efficace. On parle alors de « charge virale au-dessous du seuil de détection ». On ne détecte plus non plus de virus dans le sperme, les sécrétions vaginales, d’autres liquides organiques et les muqueuses, ou seulement en quantité infime. La transmission du VIH à un ou une partenaire sexuelle est par conséquent extrêmement improbable.

Quelle sécurité offre la protection par les médicaments ?

Des études ont révélé qu’un traitement efficace est au moins aussi fiable qu’un préservatif pour protéger de la transmission du VIH. Aucune des deux méthodes ne garantit une sécurité absolue car il peut aussi y avoir un problème avec un préservatif. Toutes deux offrent néanmoins un niveau de protection très élevé.

Quelles sont les conditions à remplir pour que le traitement protège ?

La charge virale doit être au-dessous du seuil de détection depuis au moins six mois et la personne séropositive doit prendre ses médicaments régulièrement. Il faut vérifier si les conditions sont remplies en faisant des tests sanguins tous les trois mois auprès d’un spécialiste du VIH.

Puis-je vraiment me sentir en sécurité si les conditions sont remplies ?

Ce qu’il faut se demander, c’est si les conditions sont véritablement remplies. Les personnes séropositives peuvent faire le point à ce sujet avec leur médecin.

Les personnes séronégatives et celles qui n’ont pas fait de dépistage doivent en parler avec leur partenaire séropositif ou séropositive. Ensuite, c’est à chacun de décider s’il fait confiance à l’autre et s’il opte, le cas échéant, pour des rapports sans préservatif. Un couple ne devrait renoncer au préservatif que si les deux partenaires sont bien informés et qu’ils sont à l’aise avec la décision prise d’un commun accord.

C’est plus compliqué dans le cas de rencontres sexuelles furtives où les rapports de confiance sont en règle générale inexistants.

La charge virale peut-elle remonter et faire ainsi réapparaître la possibilité de transmettre le virus ?

Cela peut arriver avant tout si les médicaments ne sont pas pris régulièrement. Avec le temps, l’efficacité des traitements peut aussi s’estomper pour d’autres raisons, d’où l’importance de contrôler régulièrement la charge virale, en règle générale tous les trois mois.

La charge virale peut-elle augmenter si la personne séropositive a une syphilis ou une autre infection sexuellement transmissible ?

C’est possible, mais la hausse sera minimale compte tenu du traitement, si bien qu’une transmission du virus reste pratiquement exclue.

N’est-ce pas plus sûr de continuer à utiliser des préservatifs en plus de la protection qu’offre le traitement ?

C’est effectivement la variante la plus sûre. Les deux méthodes s’additionnent pour assurer la protection maximale. Mais celle qu’offrent les préservatifs ou le traitement contre le VIH à lui seul est déjà très élevée.

Quel autre argument parle en faveur du maintien de l’usage des préservatifs ?

Les préservatifs diminuent le risque de contracter une autre infection sexuellement transmissible (p. ex. la syphilis, la gonorrhée ou l’infection à chlamydia).